Délégationdes Alpes-Maritimes

L’accueil, l’écoute et l’accompagnement

« Être près de ceux qui sont loin de tout » est une des caractéristiques essentielles de l’action du Secours Catholique depuis 70 ans. C’est naturellement l’esprit qui anime la délégation des Alpes-Maritimes.

Accueil Jean Rodhain et accueil Le Templin, à Nice.

L’accueil
Toutes les équipes font de l’accueil. Dans certaines, c’est la seule activité, dans d’autres, il représente le point d’entrée vers une offre plus étoffée. Quand quelqu’un pousse la porte d’une de nos équipes, il ou elle est d’abord accueilli-e : un bonjour, un sourire, un café, ce n’est pas la solution des problèmes, mais c’est déjà un bon début ! Cela vaut pour les personnes en difficulté comme pour les nouveaux bénévoles qui nous rejoignent. Certes nous avons parfois des défaillances mais assurer un bon accueil reste notre priorité et notre exigence !

L’écoute
Une écoute bienveillante, ouverte et sans jugement. C’est ce qu’attendent les accueilli-e-s. Bien souvent, avant même la recherche d’une aide matérielle, c’est le besoin de parler, de raconter une histoire, souvent douloureuse, qui motive celles et ceux qui poussent la porte d’une de nos équipes. Pour cela, il faut du temps et des conditions chaleureuses d’accueil. Tous nos locaux ne sont pas idéalement équipés pour cela, mais nous cherchons à aménager des zones conviviales ou au moins privées pour favoriser cette parole. Savoir écouter, ce n’est pas facile. Tous les nouveaux bénévoles se voient offrir des modules de formation par des spécialistes et sont accompagnés par des bénévoles plus expérimentés.

L’accompagnement
Accompagner, pas seulement aider. La délégation des Alpes- Maritimes applique la politique générale du Secours Catholique-Caritas France, qui est avant tout un accompagnement fraternel des personnes accueillies, sans distinction d’origines, de croyances ou autres considérations. Depuis plusieurs années, la délégation ne distribue plus de colis alimentaires, mais des chèques-service que les bénéficiaires peuvent utiliser directement dans de nombreux magasins selon leurs priorités.
Dans le même esprit, les aides d’urgence accordées après les inondations d’octobre 2015 nécessitaient que les bénéficiaires aillent eux-mêmes choisir le mobilier ou l’électroménager qui avait été détruit. Cette liberté de choix fait partie du processus de reprise en main et de reconstruction.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne

Nous connaître